Bonnes nouvelles de France-Poultry, ex-Doux à Châteaulin

Le groupe volailler Doux (Châteaulin) a été repris en mai dernier par le consortium emmené par le groupe français LDC, accompagné notamment par l’entreprise saoudienne Al Munajem, ainsi que la Société des Volailles de Plouray, Yer Breizh et Saria.

Al Munajem a créé l’entreprise France-Poultry pour reprendre l’usine initiale de Doux à Châteaulin. France Poultry est dédiée à la transformation de volailles congelées destinées aux marchés du Moyen-Orient, notamment l’Arabie Saoudite.  Les produits continuent de s’exporter sous la marque Doux qui y est très présente depuis plus de trente ans.

Grâce à de bons cours mondiaux, à une organisation impeccable et un réel travail d’équipe, la nouvelle société a dépassé toutes ses prévisions, en effectifs comme en tonnage et en chiffre d’affaires. « Nous avions en projet d’embaucher 347 CDI, pour 280.000 poulets par jour. Nous en sommes à 340.000 poulets par jour depuis mi-juin, et avons embauché en plus 25 intérimaires qui travaillaient déjà ici, et une quarantaine de CDD depuis », explique François Le Fort, directeur général de France-Poultry. Pour 2019, France-Poultry prévoit réaliser les mêmes chiffres : production annuelle de 84.000 tonnes, chiffre d’affaires de 140M€.

De son côté, LDC, leader français de la volaille (marques Loué, Le Gaulois, Maître Coq), va investir 60M€ dans la construction d’un nouvel abattoir qui devrait être opérationnel fin 2020 à Châteaulin. Le bâtiment de 25.000 m2 devrait  accueillir 250 salariés pour produire 800.000 poulets par semaine. Ce nouvel abattoir sera dédié aux poulets frais pour le marché français, la stratégie de LDC étant de limiter les importations de volailles en France. « Nous ne produirons pas de bio, trop cher et pas assez solide commercialement. Ce sera du poulet produit dans notre projet Nature d’éleveurs », explique Roland Tonarelli, directeur général de la volaille à LDC. En attendant la concrétisation de ce nouvel outil, les salariés repris sont répartis dans d’autres usines de LDC situées à proximité.

Concernant la filière amont, France-Poultry, LDC, Terrena et Triskalia ont créé la société Yer Breizh. La Région Bretagne fait partie du tour de table avec 5 %. Selon François Le Fort : « Dès le départ, la Région a été très impliquée pour sauver l’amont. France-Poultry achète les poulets de 160 éleveurs sur trois des quatre départements bretons, et mène une opération de rénovation des élevages. »

Saria Industries, filiale française du groupe allemand Saria, a repris l’usine de production de farines animales de Doux à Châteaulin. La valorisation des coproduits de Châteaulin est assurée sous la marque Kervalis, leader sur le marché de la fabrication d’ingrédients pour l’industrie du pet food. Quant à l’abattoir de Plouray, il a été repris par la société Les Volailles de Plouray.

 

Sources : Usine Nouvelle – 18/05/2018, Saria Industries – 11/06/2018, Ouest France – 25/10/2018