La coopérative Le Gouessant sur tous les fronts

Credit photo : Le Gouessant-Terres de Breizh

La coopérative Le Gouessant (Lamballe, 738 salariés, 4 000 adhérents, CA 2017 : 510M€) affiche de beaux résultats dans un contexte de forte mutation de l’agriculture et sur un marché hyper-concurrentiel. En 2017, la coopérative a dégagé un résultat net de 11,5M€, au même niveau que l’exercice antérieur, porté par la production d’œufs et la filière bio. Entre 2018 et 2019, 22M€ sont consacrés au développement des activités, dont 5M€ pour les productions bios et 5,5 M€ pour les activités légumes et l’aliment aquacole. A noter que 35% du résultat du groupe sont redistribués aux producteurs.

 

Terres de Breizh

Dans un contexte de forte mutation de l’agriculture et sur un marché hyper-concurrentiel, la coopérative Le Gouessant est le lien entre l’éleveur et le consommateur qu’elle veut rassurer en créant de la valeur locale. Sa marque, Terres de Breizh, créée en 2012, répond à cet objectif : elle met en valeur les produits de ses agriculteurs pour proposer un produit local 100% breton.

Tout a débuté par les pommes de terre, en filet puis en barquette, pour adapter les quantités à la demande. Les œufs et les produits charcutiers (jambon, lardons et allumettes) ont suivi. En 2018, 4 références de produits charcutiers à base de rôtis de porc, nature et aux herbes, ont été lancés.  La viande est issue d’élevages de la coopérative tous situés en Bretagne regroupés sous le nom de « fermes 4 soleils » (127 adhérents).

 

L’élevage de poules en plein air

Les bons résultats de la coopérative sont portés par l’activité œuf. En effet, la crise sanitaire dans les pays du Nord a eu des retombées positives pour la production du groupe breton. Dans un contexte de mutation du marché de l’œuf avec la suppression des cages, Le Gouessant accompagne ses éleveurs qui souhaitent évoluer vers une production alternative (plein air, bio, label). Ces transformations de métiers nécessitent aussi des transformations au niveau des bâtiments avec des temps d’arrêt de l’activité pendant les travaux (6-9 mois).  La coopérative les aide donc financièrement.

La production d’aliments biologiques est aussi en croissance de 20% et la coopérative investit sur ses lignes de production dédiées, à Noyal-sur-Vilaine par exemple pour développer la capacité de production ou encore à Chateaubourg pour la construction d’un silo.

 

Les légumes frais

Le Gouessant investit 3M€ à Lamballe pour renforcer son usine de transformation de légumes frais, où 65 personnes travaillent actuellement. Sa capacité annuelle passe de 7 000 à 20 000 tonnes. Cet investissement s’accompagne de créations d’emplois : 5 à 6 postes d’ici deux ans.

Précédemment, cette unité travaillait uniquement des légumes frais cuits prêts à l’emploi. Elle se diversifie dans les légumes blanchis et précuits, les tubercules dans un premier temps. Un système de traitement à la vapeur sans ajout de matière grasse, sans pasteurisation et sans stérilisation, permet aux  légumes de conserver leurs qualités organoleptiques.

Carottes, pommes de terre, navets, patates douces, panais sont désormais proposés en différents formats : cubes, lamelles, frites mais aussi en quartiers, demi-légumes ou légumes entiers. La pomme de terre est épluchée, coupée, cuite et refroidie sur la même ligne, ce qui permet de réduire les transferts.

Le Gouessant souhaite également élargir sa clientèle qui aujourd’hui se limite aux industriels agroalimentaires bretons. Le groupe souhaite s’étendre au-delà de la Bretagne et vise la restauration hors domicile, avec des produits et des conditionnements spécifiques, et pourquoi pas les GMS.

D’autre part, cette usine dispose d’un agrément bio. Les légumes bio représentent moins de 5% mais sont un marché en pleine croissance. Pour ce nouveau défi, la coopérative a lancé une nouvelle marque : Légum’party, dont les légumes sont bretons à 85% et français à 100%..

 

Agritech

La coopérative Le Gouessant (Lamballe) s’associe à Arvalis – Institut du végétal, et Météo France pour se doter du logiciel Taméo, un outil inédit de pilotage des cultures qui allie agronomie et météorologie de précision à la parcelle afin d’améliorer les rendements des cultures en temps réel. Deux autres modules viennent mesurer la valorisation et la qualité de la fertilisation et de la pulvérisation des produits.

L’application est disponible sur ordinateur, téléphone et tablette. Elle permet d’enregistrer jusqu’à 25 parcelles personnalisées. Taméo est disponible pour le blé tendre d’hiver. Mais au fur et à mesure, il intégrera de nouvelles espèces, maïs, orge, etc.

Avec ce logiciel, Le Gouessant montre sa volonté d’accompagner ses adhérents vers une gestion raisonnée et rentable des cultures.

 

Sources : Ouest-France – 11/12/2017 + 01/06/2018 + 11/10/2018, Lettre Economique de Bretagne – 26/10/2018, Usine Nouvelle – 28/09/2018, Paysan Breton – 21/02/2018

Crédit photo : Le Gouessant