Lorima, réputée pour ses mâts, se diversifie

De la mer aux étoiles

Lorima (Lorient) fabrique des mâts (de 30 à 160 pieds) dont la réputation a fait le tour du monde. Ils équipent notamment bon nombre de voiliers en lice dans les courses au large les plus prestigieuses. Par exemple, l’entreprise fabrique le mât du prochain Sodebo (catégorie Ultim), celui du Maxi Banque Populaire d’Armel Le Cleach, enregistre de nouveaux contrats pour des Imoca et produit 50 mâts pour la course du Figaro. Côté foils, Lorima est fournisseur officiel de la classe Multi50.

En outre, l’entreprise se diversifie. Elle vient de livrer l’arche du télescope gamma, pièce maîtresse de l’observatoire de Los Muchachos, à La Palma, aux Canaries. Cette réalisation a été mise au point avec les chercheurs du CNRS. Un prototype d’arche carbone pour un télescope nouvelle génération, de type CTA (Cerenkov telescope array) inscrit dans un programme international de recherches qui associe France, Japon, Allemagne, Espagne et Italie. Intégrée au télescope, qui doit être opérationnel à l’automne, cette arche de carbone est la première d’une série de quatre.

 

Reprise de SMM technologies

Lorima reprend avec Carboman France (Vannes, 200 salariés, CA : 18M€) le fabricant de pièces en matériaux composites SMM technologies (Lanester, 21 salariés) et ses salariés, respectivement à 40 et 60%. Son site de 6.500 m² possède un moyen de production unique en Europe : une fraiseuse de 46 m de long, utile pour la réalisation de moules de pièces de très grandes dimensions. Grâce à cette opération, les 2 entreprises ne sous-traiteront plus à l’étranger et pourront travailler sur des projets plus en amont. Cette reprise permet à Lorima de se diversifier également sur les marchés de la Défense, l’aéronautique et l’automobile.

 

Dans le giron de Wichard

Lorima a été rachetée, fin avril 2018, par Wichard, groupe basé à Thiers (Puy-de-Dôme) comptant parmi les leaders mondiaux de l’accastillage. Vincent Marsaudon, dirigeant de Lorima, reste aux manettes de l’entreprise. L’objectif est de donner une nouvelle impulsion à Lorima, qui cherche à se diversifier. De son côté, Wichard est intéressé par la compétence acquise par Lorima, aussi bien dans la course que le yacht privé de luxe, mais également par le développement de Lorima vers les bateaux de série.

 

Sources : Lettre API – 15/09/2017, Ouest France Entreprises – 28/02/2018 & 03/05/2018