Olmix veut remplacer les antibiotiques par des algues pour les élevages

Olmix Photo credit : Lettre API

Olmix (Brehan, 850 salariés, CA 2017 : 166M€, 70 à 80% à l’export), spécialiste des compléments alimentaires naturels pour animaux, a remporté fin mai le grand prix des entreprises de croissance 2018 dans la catégorie « Agroalimentaire & bio (CA de 100M€ à 1Md€) ». Cette récompense conforte la PME dans sa stratégie de développement de solutions bio et naturelles et de biotechnologies.

 

SAGA : sans antibiotique grâce aux algues

Olmix va investir 70M€ sur 3 ans pour créer des gammes à base d’algues destinées aux élevages. Le projet intitulé SAGA, pour “Sans antibiotique grâce aux algues”, se développe à Merdrignac, où les nuggets et panés à base d’algues sont fabriqués. Olmix veut réduire les antibiotiques dans la nutrition animale en produisant des algues en masse. En outre, Olmix et le centre de recherche Inra du Val de Loire ont prouvé que les antibiotiques pourraient être remplacés par des algues pour les élevages. Les études réalisées par 25 chercheurs démontrent que les algues vertes, Ulva armoricana, permettraient d’améliorer l’immunité des animaux et de réduire l’utilisation d’antibiotiques. L’entreprise devrait ainsi bientôt commercialiser l’Algimun, un complément naturel à base d’algues qui devrait être incorporé dans la fabrication d’aliments pour le bétail.

Avec ce financement, le groupe devrait accélérer son déploiement industriel et logistique. Après le rachat de l’ex-unité de Sica Saint-Pol-de-Léon, Olmix a finalisé en début d’année l’acquisition d’un 3ème site de production spécialisé dans le crackage des algues (Saint-Hilaire-de-Riez, Vendée), ce qui lui permettra de mieux alimenter le marché européen. En plus du rachat de Farmers House via sa filiale hollandaise, Olmix a aussi racheté Sovipor, PRP Technologies, Aroma Celte… avec l’ambition d’intégrer différents domaines : le végétal avec PRP, le human-care et la pharmacie avec Aroma Celte.

Déploiement international

Déjà présent dans une centaine de pays, Olmix accélère également son déploiement international. Depuis novembre 2017, le groupe dispose au Vietnam d’une première usine asiatique qui devrait produire chaque année 150.000 tonnes d’additifs alimentaires pour animaux et de nutraceutiques pour les usines d’aliments et les fermes. Elle devrait se concentrer sur la production de nouveaux additifs alimentaires pour le marché asiatique, tels que mShell (améliorateur de la qualité des coques et des os) et ASEAD (gamme d’acidifiants innovants). Les productions utiliseront des ingrédients innovants ou des noyaux produits en France avec les technologies brevetées uniques d’Olmix. Olmix Asialand s’impose déjà comme l’un des 3 premiers opérateurs dans la nutrition animale et la santé animale au Vietnam.

Côté Russie, Olmix va bénéficier d’un prêt de 15M€ pour développer son usine de Saint-Pétersbourg. Cette modernisation lui permettra de produire localement ses gammes vendues en Russie. A terme, elle devait produire des fertilisants bio pour l’agriculture et des produits pour les animaux à partir d’algues toujours importées de Bretagne, mais avec d’autres éléments en provenance de Russie. Olmix a pour objectif de faire progresser son CA en Russie de 1 à ~20 M€.

 

BioAlg

Prochainement, Olmix Group et plusieurs partenaires de la filière devraient créer une société d’accélération baptisée BioAlg. Cette dernière devrait structurer et dynamiser la filière, en amont, en accélérant l’approvisionnement en algues, et en aval, en portant les nombreux projets de création de produits naturels utilisés aussi bien dans la cosmétique que l’agriculture ou l’agroalimentaire, mais aussi dans les bioplastiques, les biostimulants et les biofertilisants. Des produits dans le biofood pourraient ainsi remplacer le sel et le sucre.

 

Sources : Ouest France – 13/09/2017, Wattag.net – 27/11/2017, Journal des Entreprises – 23/01/2018, Les Echos – 14/05/2018, Agromédia – 08/06/2018, Les Echos – 08/06/2018