Solarenn, au service de l’agriculture durable depuis 70 ans

Photo credit : Solarenn

N°5 du marché français de la tomate et n°3 breton, Solarenn (Saint-Armel, 30 à 45 salariés, CA 2017: 45 M€, 32 producteurs) est une coopérative au service de l’agriculture durable, à mi-chemin entre l’agriculture conventionnelle et l’agriculture biologique. En 10 ans, la coopérative a multiplié par 2 ses volumes pour atteindre 30.000 tonnes de tomates en 2017, complétées par 80 tonnes de fraises gariguette et 30 tonnes de mini poivrons. Ses productions sont destinées à 75% à la grande distribution en France. Solarenn est aussi présent dans la restauration hors foyer (15 % de ses volumes). Le reste de ses tomates et dans une moindre mesure ses fraises (2 à 3% de ses productions) sont destinées à l’Allemagne, l’Espagne ou la République tchèque.

 

La gamme « Les Responsables »

Les serristes de Solarenn sont tenus, par leur charte de qualité, de pratiquer une culture dite raisonnée, avec des apports nutritifs au goutte-à-goutte, et surtout, aucun traitement qui ne soit agréé par l’agriculture biologique. Ils s’appuient pour cela sur le biocontrôle qui permet de traiter les végétaux par l’utilisation de mécanismes naturels (insectes). Malgré ces efforts, les cultures de type hors sols de la communauté européenne ne sont pas certifiables bio, comme aux États-Unis ou au Canada. Alors, pour valoriser son savoir-faire, Solarenn lance « Les Responsables », une gamme de petites tomates sans traitement chimique, ni insecticide et cueillies à maturité. Elles sont commercialisées dans des emballages recyclables.

Pour aller plus loin, Solarenn, Prince de Bretagne et Savéol lancent le label « Sans pesticides, 100% Nature», une gamme 100% naturelle mais non bio. Cette démarche collective a pour but de promouvoir leurs légumes produits avec un cahier des charges commun garantissant l’absence d’utilisation de pesticides de synthèse sur les tomates. D’autres légumes pourraient intégrer cette nouvelle gamme. À commencer par les choux-fleurs et les artichauts, ainsi que les échalotes.

 

Acteur convaincu de la transition écologique

Au-delà de la protection biologique intégrée pour atteindre l’objectif zéro pesticide, Solarenn et ses producteurs s’engagent sur une consommation réduite d’eau et de fertilisants, une bonne gestion de l’énergie, le recyclage des déchets, la pollinisation naturelle, mais aussi sur le développement de la cogénération et des énergies renouvelables (méthanisation, biomasse bois, etc.) des exploitations. Afin de réduire leurs coûts énergétiques, qui représentent en moyenne 20% du prix de revient des tomates, 60% des producteurs de Solarenn sont équipés en cogénération. Ils peuvent ainsi diviser par 2 voire 3 les coûts d’énergie pour leur production de tomates sous-serres.

 

Sources : Ouest France – 06/03/2018, Bretagne Bretons – 29/03/2018, Paysan Breton – 08/04/2018

Crédit photo : Solarenn