Le Béon Manufacturing rentre dans une nouvelle dynamique

Le Béon Manufacturing (Lorient et Plouay, 67 salariés) réalise des pièces de levage et d’ancrage marines en petites séries d’une à quarante pièces pour la pêche, le pétrolier offshore, la marine marchande ou encore la plaisance. En difficultés il y a un an, l’entreprise retrouve un nouveau souffle sous l’impulsion de quatre de ses anciens cadres, soutenus par un investisseur local et la Région Bretagne. L’entreprise cible aujourd’hui le marché des Energies Marines Renouvelables (EMR).

 

Développement des Energies Marines Renouvelables

« Notre ambition est de réaliser la ligne complète d’ancrage des éoliennes en mer, du mouillage à la ligne de flottaison », précise Jean-Paul Zoliec, directeur général.

Déjà en 2009, la PME avait réalisé des pièces de connexion destinées aux ancrages du parc éolien flottant d’Hywind, au large du port écossais de Peterhead, dont 5 éoliennes sont en service depuis l’année dernière.

En 2015, Le Béon Manufacturing a participé au chantier Floatgen, l’éolienne flottante installée au large du Croisic, dont elle a coordonné le système d’ancrage et réalisé les connecteurs (ancres et points de fixation sur le flotteur). Si les connecteurs sont en acier forgé allié, le reste de la ligne d’amarrage est réalisé en fibre de nylon, privilégiée pour ses qualités anticorrosive et d’élasticité lui permettant d’absorber les mouvements de la houle. Pour mener à bien ce projet, Le Béon a noué un partenariat avec le spécialiste belge de la fibre synthétique Bexco et l’expert coréen en éléments de chaînes Dai-Han.

En outre, la reprise en 2016 du Lorrain Ancr’est a permis d’intégrer la conception de fixations au sol à ses compétences.

La volonté des repreneurs est de mettre à profit les différents métiers de la société (R&D, forge, traitement thermique, usinage, contrôle et laboratoire métallurgique) pour développer des solutions bon marché, résistantes et d’installation facile destinées aux EMR. L’entreprise entend réaliser 50% de son chiffre d’affaires à moyen terme sur ce marché. Pour atteindre cet objectif, elle envisage notamment la création d’une entité spécifique aux EMR intégrant deux personnes en bureau d’étude et un commercial.

 

Des moyens pour croître

L’activité EMR bénéficie du potentiel de la nouvelle usine située à Plouay, dix fois plus spacieuse que les locaux historiques à Lorient. Elle est dimensionnée pour assurer 30 à 40 M€ de chiffre d’affaires, contre 10 M€ environ avant les difficultés rencontrées en 2017. D’ici deux ans, toute la production devrait prendre place à Plouay.

Le Béon Manufacturing se donne les moyens d’industrialiser la production de pièces jusqu’ici fabriquées en petites séries. Entièrement automatisée, une ligne complète de traitement thermique du métal a été installée à Plouay. Le site héberge aussi un parc acier et des ponts vont bientôt recevoir des machines de traction pour un système de levage intégré à l’usine.

« Nous développons aujourd’hui des pièces qui ont gagné 30% de résistance. Les commandes affluent, notamment d’Asie. L’export représente 60% du CA. Nous avons les outils et les produits, l’enjeu est clairement à la conquête de talents, en lien avec les écoles d’ingénierie. », précise Jean-Paul Zoliec qui a renforcé ses équipes ces derniers mois (60 fin 2017 à 67 en juin) et envisage la création d’au moins 35 emplois dans les 3 années à venir.

Signal fort s’inscrivant dans sa nouvelle dynamique, Le Béon Manufacturing a accueilli en mai dernier sur son site de Plouay le lancement de Bretagne Ocean Power, le nouvel outil de coordination régional destiné à soutenir l’ensemble de la filière EMR bretonne.

 

Sources : Le Télégramme – 25/05/2018, Journal des Entreprises – 28/05/2018, Mer et Marine – 13/06/2018